AFD accompagne les femmes migrantes grâce à un projet conjoint Batik International et GRET

Les ouvrières migrantes dans les deux zones industrielles de Nam Sach (Hai Duong) et de Khai Quang (Vinh Phuc) sont accompagnées depuis 3 ans par les activités d’appui à l’insertion sociale des femmes migrantes (PhuNu) dans le cadre du projet Phu Nu. Ce projet est mis en œuvre par l’ONG Batik International en collaboration avec le GRET grâce à un co-financement de l’AFD d’un montant de 0,2M d’€ pour chaque période triennale.

Le projet PhuNu, en collaboration avec les partenaires locaux, notamment l’union des femmes et la fédération des travailleurs, appuie deux provinces de Hai Huong et de Vinh Phuc, dans l’amélioration des conditions de vie des ouvrières, notamment la meilleure connaissance de leurs droits, la restauration des logements, l’information sur les politiques d’assurance sociale, les droits sociaux, les soins de santé féminine, le renforcement de dialogue ouvrières – entrepreneurs – autorités locales.

Le projet a bénéficié directement, lors de sa première phase (2014-2016), à plus de 1100 personnes, dont 80% sont des femmes travaillant dans les deux zones industrielles cibles parmi lesquelles 60 femmes leaders, et indirectement à 67 000 femmes, 10 000 résidents, 20 entreprises et 28 propriétaires dans ces deux zones.

JPEG
La formation des femmes leaders

Les compétences de 60 femmes et les membres des clubs de femmes ont été renforcées sur plusieurs aspects, par exemple, droits des travailleurs, soins de santé, assurance de chômage, accès aux services publics. Les 60 femmes leaders qui se réunissent en deux groupes jouent le rôle d’animation, de représentation, et de défense des intérêts/positions de femmes dans chaque zone grâce à une meilleure reconnaissance des droits de travailleurs par l’ensemble des acteurs locaux. Cela est due aux liaisons, par voie de dialogue, qui ont été renforcées entre les femmes d’un côté et les entreprises/propriétaires/acteurs locaux, de l’autre, notamment à travers les activités de sensibilisation et de plaidoyer. A titre d’exemple, plusieurs questions soulevées par les femmes ont été prises en compte et résolues par les autorités locales et les employeurs, en particulier l’accès et la protection des droits sociaux (congé maternel/paternel, assurance sociale…), l’adaptation des horaires d’ouverture des services publics à celles des ouvrières ou l’accès à l’eau potable et à l’électricité à un prix abordable….

JPEG

Les travaux réalisés dans les logements collectifs (locatif privé) ont eu un impact durable et visible sur les conditions de vie des femmes migrantes, en améliorant par exemple l’accès à l’eau propre, l’évacuation des eaux, les conditions d’hygiène et de sécurité.

JPEG
Dialogue sur les question sociales dans une entreprise à la zone industrielle de Khai Quang

Grâce à la décision d’approbation qui a été prise par les autorités locales au lendemain de la visite de Monsieur Bertrand LORTHOLARY, Ambassadeur de France au Vietnam, à la province de Vinh Phuc le 7 mars dernier, le projet passe actuellement à sa deuxième phase (2017-2020). En dehors des travaux d’amélioration des logements, le projet se concentrera sur la création d’espaces collectifs permettant de tenir des rencontres de sensibilisation et de détente, et la définition concertée de règlement intérieurs dans les logements collectifs. Il travaillera également sur la lutte contre les violences de genre, de discrimination et d’harcèlement pour lutter contre les violences de genre, et l’amélioration des conditions de travail des femmes ouvrières, grâce à une base concertée et l’implication forte de différents acteurs, notamment l’union des femmes, la fédération des travailleurs, les centres médicaux et la société civile.

publié le 28/03/2018

Haut de page