La coopération universitaire : partenariats et programmes franco-vietnamiens [vi]

Le Centre franco-vietnamien de formation à la gestion (CFVG)

Doyen des programmes de coopération universitaires bilatéraux, le CFVG a diplômé plus de 3 000 étudiants vietnamiens depuis 25 ans. L’école franco-vietnamienne est opérée par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris Ile-de-France (avec ses écoles, l’ESCP Europe notamment), en partenariat avec l’Université de Paris Dauphine et l’IAE de Paris. Localisé à Hanoï et à Hô Chi Minh-Ville, le CFVG offre aux jeunes cadres vietnamiens
une opportunité unique de bénéficier de l’excellence des meilleurs établissements français et internationaux dans les domaines du management (MBA), de la finance et du marketing (Master), ainsi qu’au niveau Doctorat. Le CFVG doit aujourd’hui relever le défi d’une compétition accrue et se renouveler pour évoluer vers une grande école à vocation internationale.

Le Programme de Formation d’Ingénieurs d’Excellence du Vietnam (PFIEV )

Le Programme de Formation d’Ingénieurs d ’ Excellence au Vietnam (PFIEV), lancé en 1997 avec le soutien appuyé des ministères français chargés des Affaires étrangères et de l’Enseignement supérieur, fédère l’expertise au Vietnam dans le domaine de la formation d’ingénieurs, et est issu d’un partenariat entre les Instituts Polytechniques de Hanoï, de Da Nang et de Hô Chi Minh-Ville, l’École Nationale de Génie Civil de Hanoï et un consortium de grands établissements français. Le diplôme d’ingénieur du PFIEV est le premier diplôme délivré par un pays « du Sud » à être reconnu par la France sur proposition de la Commission française des Titres d’Ingénieur. Plus de 1 500 étudiants de ce programme ont reçu le titre d’ingénieur.

Le Pôle universitaire Français de Hô Chi Minh-Ville (PUF HCMV)

En partenariat avec l’Université nationale de Hô Chi Minh-Ville et de Hanoï, les PUF ont initialement visé à fédérer les formations françaises délocalisées au Vietnam (40 % des formations délocalisées à l’époque de leur création en 2004). Le PUF de Hanoï est désormais fermé. Passé en gestion entièrement vietnamienne en 2011, le PUF de Hô Chi Minh-Ville est une composante propre de l’Université nationale de Hô Chi Minh-Ville (l’équivalent d’une faculté), et fédère désormais 4 formations délocalisées de niveaux Licence et Master, en partenariat avec les universités Pierre et Marie Curie, Toulouse 1 Capitole, et Bordeaux.

L’Université des Sciences et Technologies de Hanoï (USTH)

En 2008, un projet d’envergure pour la création d’universités « nouveau modèle » en partenariat avec des pays étrangers a été proposé par le gouvernement vietnamien. Depuis, trois établissements « binationaux » ont vu le jour : l’Université des Sciences et des Technologies, la Vietnam-Japan University à Hanoï, et la Vietnam-German University à Hô Chi Minh-Ville.
Les engagements de la France et du Vietnam ont été formalisés par un accord intergouvernemental, signé en 2009, de création de l’Université des Sciences et des Technologies de Hanoï, établissement public de droit vietnamien. Cet accord prévoyait de créer une université de niveau international assurant l’articulation formation-recherche-entreprise. Dans ce cadre, la partie vietnamienne s’est engagée à assurer le financement des infrastructures via un emprunt de 190 millions de dollars auprès de la Banque Asiatique de Développement, à mettre à disposition des financements pour des rémunérations avantageuses pour le personnel et à prendre en charge les bourses de 400 doctorants futurs enseignants-chercheurs formés en France, sur 10 ans.
En contrepartie, la partie française s’est engagée à soutenir l’ingénierie du projet, à apporter l’assistance technique pour la formation, la recherche, le partenariat avec les entreprises, et à mobiliser les établissements et organismes français dans le cadre du « consortium pour l’USTH » (près de 50 établissements) qui prend en charge la formation des 400 docteurs sur 10 ans. Depuis la rentrée 2012, l’ensemble des six Masters prévus dans l’accord intergouvernemental, qui mènent à un diplôme habilité par la France et le Vietnam, sont ouverts. Les thématiques scientifiques de l’USTH, chacune associée à un Master, sont les suivantes : Biotechnologies-Pharmacologie, Eau-Environnement-Océanographie, Matériaux-Nanotechnologies, Technologies de l’Information et des Communications, Energie, Espace et aéronautique.

À la rentrée 2016/2017, plus de 700 étudiants étaient inscrits à l’USTH, et une centaine de boursiers poursuivaient leur Doctorat en France.

publié le 10/07/2017

Haut de page