Un projet significatif de réduction de risques de catastrophes pour Son La et Lai Chau

Les deux provinces Son La et Lai Chau figurent parmi les régions les plus pauvres du Vietnam. Leurs difficultés socio-économiques sont encore aggravées par la fréquence et l’intensité des aléas naturels depuis ces dernières années. Face à une telle situation, un projet significatif a été mis en œuvre par la Croix-Rouge Française pour la période de 3 ans (2014-2017) en faveur de 12 communes, avec un montant total de 1 475 000 €

Le projet en quelques mots

Les deux provinces montagneuses, Son La et Lai Chau, essentiellement agricoles situées dans le Nord-Ouest du Vietnam, où majoritairement peuplées par les ethnies minoritaires, profitent peu des gains du développement récent du pays. Elles figurent parmi les régions les plus pauvres avec le taux de pauvreté respectif de 36,3% et 50,1% (Office national des Statistiques, enquête 2010). Leurs difficultés socio-économiques sont encore aggravées par la fréquence et l’intensité des aléas naturels depuis ces dernières années, notamment les glissements de terrains, les crues soudaines, les sécheresses et les vagues de froid. Ces catastrophes naturelles conjuguées avec le manque d’infrastructures basiques, de mécanismes et de compétences d’adaptation amplifient la vulnérabilité des communautés, même lors de catastrophe de moindre ampleur.

Face à une telle situation, un projet significatif a été mis en œuvre par la Croix-Rouge Française pour la période de 3 ans (2014-2017) en faveur de 12 communes, avec un montant total de 1 475 000 € (soit 39 milliards de VND) dont 737 500 € financé par l’AFD.

Le projet cible les personnes les plus vulnérables, celles qui sont les plus exposées et qui ont de faibles capacités, vivant dans les zones non sécurisées, pour faire face et lutter contre les catastrophes. Les actions d’atténuation au travers d’une participation active de la communauté ont été réalisées, de façon à ce qu’elle devienne plus résistante aux aléas naturels et à ses effets.

Une nette amélioration des capacités des populations vulnérables face aux aléas naturels

Au bout de trois ans d’exécution, des résultats remarquables ont été atteints permettant de toucher une population de 56 000 d’habitants et plus de 2000 élèves d’écoles primaires comme bénéficiaires directs.

Plusieurs activités efficaces ont été réalisées, notamment une stratégie de communication permettant aux communautés de mieux comprendre la gestion des risques de catastrophes grâce aux équipes de formateurs bien formés et l’élaboration des kits d’outils d’éducation et de sensibilisation adaptés à ces populations.

JPEG

Selon l’évaluation finale du projet, les populations dans les zones d’intervention du projet sont mieux informées (77%) par rapport à celles en dehors du projet (45%), sur les aléas météorologiques, des plans communaux de réduction des risques et des actions concrètes en cours d’être mises en œuvre. Leurs capacités sont considérablement renforcées lors des phases de préparation/prévention, de mitigation, de réponse et de réhabilitation. En effet, 87% de la population savent comment préparer pour leur famille en cas de risques de catastrophes et 82% de la population constatent que leurs capacités opérationnelles sont nettement améliorées par rapport à l’an dernier alors que ces proportions ne sont que 69% et 54% respectivement dans d’autres zones au-delà du projet.

Une implication forte des acteurs locaux

Les acteurs locaux (autorités locales, comité provincial de prévention et de lutte contre des catastrophes naturelles et de sauvetage) impliquant dans la politique et la prise de décision en gestion de risques de désastre ont pu aussi renforcer leurs compétences en termes de planification et de mise en place de mesures de réduction des risques intégrant les problématiques liés au genre (élaboration des plans communaux de réduction des risques, activités de sensibilisation et de construction).

La Croix – Rouge vietnamienne et les équipes provinciales et communales de réponse aux urgences constituent les équipes noyaux qui jouent le rôle crucial dans la mise en œuvre des actions de réponse aux aléas naturels. Cela s’explique par les efforts conjugués par tous les partenaires dans le déploiement de multiples activités, en particulier dans l’élaboration et la mise en place des plans communaux RRC (réduction de risques de catastrophes) incluant l’analyse du système d’alerte précoce, la mise en œuvre des activités de mitigation (construction neuve/restauration de travaux) à petite échelle, d’exercices de simulation avec la participation de 2245 de personnes et de formation de 12 équipes communales de réponse aux urgences, et la mise à leur disposition d’équipements standards (équipements de secours et d’urgence, matériels médicaux).

Les écoles se sont mieux préparées…

Les écoles ciblées sont mieux préparées à répondre en cas de catastrophes par l’introduction du modèle « écoles protégées ». Les formations aux premiers secours, à la recherche et de sauvetage ainsi que les exercices de simulation pour le personnel et le corps d’enseignants de ces écoles ont été dispensées. A cela s’ajoute la fourniture des équipements pour la préparation aux catastrophes.

Infrastructures consolidées

Quelques petites infrastructures ont été construites au cours du projet. Le réseau de haut-parleurs constitue un outil de prévention et d’alerte précoce et de sensibilisation efficace, visant à rehausser la résilience et les capacités des populations face aux intempéries climatiques.

A cela s’ajoute la construction de digues, de remblais anti-érosion, de fossés de drainage et de réseaux d’eau potable, permettant de protéger les cultures et les moyens de subsistance de ces populations ; la réparation du réseau électrique ; la consolidation du sol, des balustrades, la construction des cabinets d’aisance pour les écoles bénéficiaires.

La maison culturelle de Chieng Le, ainsi construite dans le cadre du projet, est à la fois un endroit de sensibilisation et d’abri sur et sécurisé pour les habitants.

JPEG

Expériences partagées au niveau national

Le projet s’est aligné au programme national de gestion des risques de catastrophes à base communautaire CBDRM initié par le gouvernement vietnamien depuis 2009 ciblant 6000 communes.

Les outils et approches innovatrices développées par le projet sont partagés au niveau national au travers des réunions de coordination nationale et des visites sur terrain des partenaires centraux dans les provinces ciblées du projet pour une réplication éventuelle dans le cadre de projets similaires. Ils sont aussi intégrés dans le cadre d’intervention de CBDRM de la Croix-Rouge vietnamienne.

L’ensemble des informations sur le projet sont désormais disponibles sur l’internet : https://sites.google.com/view/frc-vn217/

publié le 18/10/2017

Haut de page