Vers une gestion efficace de la qualité de l’air à Hanoi

L’essor industriel et l’urbanisation croissante au Vietnam s’accompagnent aujourd’hui d’effets préjudiciables qu’il s’agit de quantifier, d’anticiper et de gérer : l’un de ces effets les plus perceptibles est la pollution de l’air ambiant, due à un excès de particules fines et à une concentration élevée de polluants chimiques gazeux. Ce phénomène, qui concerne particulièrement les grandes agglomérations urbaines du Vietnam, n’est pas sans enjeux pour la santé de la population vietnamienne (et notamment des personnes vulnérables), l’environnement et l’attractivité économique du Vietnam.

Parmi les grandes agglomérations vietnamiennes, la ville de Hanoi est particulièrement concernée par la dégradation de la qualité de l’air. Les (rares) stations de mesures aujourd’hui existantes révèlent l’importance croissante de la charge polluante à certaines périodes. Ces résultats (qui restent à fiabiliser) sont consultables par la population de Hanoi, mobilisée et consciente des enjeux liés à la qualité de l’air.

Le Comité Populaire de Hanoi (CPH) a donc décidé de prendre des initiatives importantes visant à l’amélioration de la « qualité de l’environnement urbain ».

Dans le cadre de l’ « Accord de Partenariat (MoU) pour l’amélioration de la qualité de l’air à Hanoi », signé par l’Ambassade de France et le CPH en avril 2016, l’AFD a mobilisé une subvention sur fond FERC (Fonds d’Etudes et de Renforcement des Capacités) pour financer une expertise concernant le dimensionnement et l’optimisation du réseau de mesures et de contrôle de la qualité de l’air de la ville de Hanoi.

La prestation a été réalisée par l’association francilienne Airparif, en charge de la surveillance et de la prévision de la pollution de l’air dans l’agglomération Parisienne, de la communication en la matière, de la formulation de recommandations aux autorités et de l’évaluation de l’efficacité des mesures mises en œuvre.

JPEG

L’atelier organisé à Hanoi le 19 octobre a permis de restituer les conclusions de l’étude d’Airparif, d’exposer la vision du CPH en matière de gestion de la qualité de l’air, de partager les expériences et initiatives actuelles et envisagées de plusieurs institutions partenaires du Vietnam telles que la Banque Mondiale, l’Ambassade des Etats-Unis et la Région Ile de France (Institut des Métiers de la Ville), et de poser les bases de la coopération à mettre en place sur cette thématique entre les entités nationales et locales vietnamiennes en charge et ces partenaires du développement, y compris l’AFD.

Une cinquantaine de participants ont assisté et contribué de façon active à cet évènement, dont des représentants du CPH et de son Département de l’Environnement (DONRE) du ministère de l’environnement (MONRE) et des partenaires de la coopération internationale.

JPEG

L’Ambassadeur de France au Vietnam, Bertrand Lortholary, le vice-Président du CPH, Nguyen The Hung, le Directeur du DONRE, M. Nguyen Trong Dong et le directeur de l’AFD au Vietnam, Fabrice Richy, ont à plusieurs reprises salué la qualité et l’intérêt des recommandations d’Airparif et des interventions des participants à l’atelier, en soulignant que les progrès pour aboutir à une gestion efficace de la qualité de l’air à Hanoi sont à la fois possibles et nécessaires.

Sur la base de ces échanges dont l’AFD a été promoteur et contributeur direct, ils ont également indiqué que cette expertise, qui portait à ce stade sur le réseau de mesures, n’était qu’une première étape d’une collaboration entre le MONRE et le CPH, d’une part et la France et l’AFD de l’autre, articulant plusieurs domaines de formation et d’expertises. Une proposition formalisant les axes de cette collaboration sera élaborée et sera adressée aux autorités vietnamiennes à la suite de cet atelier.

Pour avoir plus d’information sur les actions de l’AFD en matière de climat, consultez la fiche de projets Climat de l’AFD ici :

PDF - 46.8 ko
(PDF - 46.8 ko)

.

publié le 31/10/2017

Haut de page